hero image
Horaires d'ouverture Ouverture : 10:00 - 20:00
Adresse24, rue de Sèvres, 75007 Paris

Paul Szczerba, créateur de Balibaris

Mode | 28 Octobre

Lancé il y a presque 10 ans grâce à ses cravates, Balibaris propose aujourd’hui un vestiaire complet d’essentiels à la fois tendances et confortables. À destination de tous les hommes, Balibaris crée des pièces aux coupes étudiées et aux finitions précises, le tout dans de belles matières, sélectionnées avec soin.


À quelques semaines des premières fraîcheurs hivernales, Le Bon Marché a rencontré Paul Szczerba, fondateur de Balibaris qui nous livre tous les secrets de la marque ainsi que ses conseils avisés pour aborder la nouvelle saison avec style.

Bonjour Paul, peux-tu nous raconter l’histoire de Balibaris?


Balibaris est une marque que j’ai créé de manière «égoïste» en 2010. À l’époque, je sortais d’école et j’avais très envie de monter ma boîte et de m’investir dans un projet en lien avec les consommateurs.
Parallèlement je m’intéressais déjà à la mode, mais je ne trouvais pas de marque dans laquelle je puisse m’habiller dans un vestiaire complet.
Je me suis donc lancé dans la création de la marque en août 2010 avec le pari un peu fou de sortir les premières pièces pour la fin de la même année. Le seul produit que j’ai alors trouvé à fabriquer rapidement a été la cravate. Mais il était primordial pour moi que Balibaris ne soit pas identifié comme une marque mono-produit. Grâce au succès des cravates on a alors très vite pu commencer à sortir le reste de la collection, avec des vêtements et des accessoires.
En 2012, j’ai ouvert ma première boutique sur le canal Saint-Martin à Paris, rue de Marseille. Grâce à ce lieu, j’ai pu exprimer un véritable univers avec notamment des projections de films et une décoration très soignée, reflet de ma passion pour les meubles anciens et les objets chinés.

Pourquoi es-tu passé des cravates à un vestiaire complet?


Pour moi, Balibaris est plus qu’une marque de vêtements, c’est une marque lifestyle. Balibaris propose bien sûr les indispensables du vestiaire et des accessoires comme des chaussures ou de la maroquinerie, mais également des objets du quotidien comme des bougies ou des carnets… L’ambition de la marque est d’habiller les hommes de la tête aux pieds, tous les jours de la semaine, tout en racontant une vraie histoire.


Comment définirais-tu le style et le concept de Balibaris?


L’idée de départ était vraiment de proposer un vestiaire idéal d’essentiels, avec les bonnes coupes et dans de belles matières, à un prix juste.
Je souhaitais également proposer un vestiaire complet, c’est-à-dire des pièces du vestiaire formel comme une veste de costume ou des derbies, mais aussi des pièces plus casual comme un sweat ou un t-shirt, à mixer entre elles selon les moments de vie et les envies.
Pour ce qui touche au style, je m’inspire énormément de mon entourage et des gens que je croise dans la rue. Je suis une véritable éponge et cela transparaît dans mes collections.


Espace Balibaris, Le Bon Marché, Niveau -1

Pour ce qui touche au style, je m’inspire énormément de mon entourage et des gens que je croise dans la rue

Justement, comment choisis-tu les matières et les fabricants avec lesquels tu travailles ?


Nous travaillons avec de grandes Maisons historiques, chacune spécialisée dans une matière spécifique. Pour le tweed on va se rendre en Angleterre ou en Ecosse, pour une popeline, on va plutôt se rendre en Italie et pour le jersey, au Portugal. Nous passons énormément de temps à sélectionner les matières et c’est un des gages de qualité et un trait distinctif de Balibaris. Nous développons aussi des couleurs et des motifs exclusifs afin de rendre les pièces uniques.


Espace Balibaris, Le Bon Marché, Niveau -1

Qu'est-ce que tu entends par la notion d'« essentiel » ?


« Essentiel » est le mot qui selon moi colle le mieux au vestiaire masculin. Il ne s’agit pas d’inventer une nouvelle forme de manteau alors qu’il en existe déjà des iconiques et intemporels. Notre ambition n’est pas de réinventer le trench-coat ou le bombers, mais de le twister avec un détail, une forme, une couleur particulière et dans l’ère du temps.
« Essentiel » peut aussi faire référence à la notion de fonctionnalité. J’ai envie que les vêtements Balibaris soient fonctionnels, sans mettre de côté le style. Ce sont de bons basiques dans lesquels on se sent bien.


Le Bon Marché met en avant la diversité et la richesse des savoir-faire. Que dirais-tu à quelqu’un qui souhaite lancer sa marque ?


Je pense que lancer une marque est une vraie démarche et que pour cela il faut donner de soi-même et être passionné. Personnellement, je me suis retrouvé à donner beaucoup plus de ma personnalité que ce que je pensais au lancement de la marque. Mais se lever chaque matin sans avoir l’impression de travailler est une vraie chance et je ne peux qu’encourager chacun à vivre de sa passion.


Balibaris, pull « Jared », laine grosse jauge bordeaux garnet

Se lever chaque matin sans avoir l’impression de travailler est une vraie chance et je ne peux qu’encourager chacun à vivre de sa passion.

Quelles sont les pièces iconiques de Balibaris pour la saison Automne-Hiver ?


La pièce qui me vient tout de suite à l’esprit est le blouson aviateur qu’on revisite cette saison dans une version moderne en drap de laine. Le micro-motif pied de poule, les poches plaquées et le col en mouton véritable amovible en font un indispensable, à porter à la mi-saison avec un t-shirt blanc et une paire de sneakers ou en plein hiver avec un gros pull col cheminée.


Quel serait le meilleur conseil mode que tu puisses donner à quelqu’un ?


D’être soi-même avant tout et de ne surtout pas essayer de jouer un rôle ou de ressembler à quelqu’un. Le reflet dans le miroir doit être cohérent avec la personne que l'on est. Ça semble simple en fait !


Balibaris, blouson « Wild », drap de laine

Le parfait look pour un dimanche parisien ?


Un gros pull, un jean, une paire de derbies et c’est parti !


Une adresse fétiche rive gauche ?


Les bureaux Balibaris sont justement situés rive gauche, dans le 7ème arrondissement, non loin du Bon Marché. Ce que je préfère dans ce quartier, ce sont ses parcs, notamment celui du Luxembourg, où j’adore me promener. Sinon, le restaurant « Le Cherche Midi », rue du Cherche-Midi est un peu ma cantine. C’est un italien traditionnel, décoré à l’ancienne, mais qui à mon avis propose les meilleures pâtes de Paris !

Découvrez l'espace Balibaris, à retrouver au Niveau -1