hero image
Horaire
Horaires d'ouverture Ouverture : 10h - 20h
Location
Adresse24, rue de Sèvres, 75007 Paris

Rencontre : TRAME

Portrait | 25 Août 2020

Direction Meknès, au Maroc, pour partir à la découverte de TRAME, un label homeware français qui donne un nouveau souffle à l’artisanat transméditerranéen.


Pour aider les artisans locaux à vivre de leurs savoir-faire, Ismail Tazi s’est demandé comment adapter leurs productions au goût actuel. Cette réflexion l’a mené à co-fonder TRAME, aux côtés de Adnane Tazi, une marque d’objets décoratifs imaginés par des designers européens, mais fabriqués au Maroc.


Pour sa première collection « Un voyage à Meknès », Ismail s'est entouré des designers Julie Richoz, Maddalena Casadei et Maria Jeglinska. Ensemble, ils se sont inspirés des liens qui unissent les pays transméditérranéens et ont essayé de retranscrire ces influences à travers leurs créations.


En résulte une ligne d'objets pour la Maison, avec une gamme de tapis, de couvertures, de céramiques ou de vaisselles, tous fabriqués à partir de matériaux d'exception à partir de savoir-faire locaux.


Rencontre avec Ismail Tazi !


À retrouver au premier étage du magasin.

Ismail Tazi, pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours atypique ?


Je suis né et j’ai grandi à Fez au Maroc où j’ai passé mon baccalauréat. J’ai ensuite fait une licence d’économie à la Sorbonne à Paris puis l’EM, une grande école de commerce à Lyon. J’ai poursuivi mes études en Chine, puis travaillé aux Etats-Unis et en Angleterre.


Ma première expérience professionnelle était dans le financement de projets en énergie et infrastructures en Afrique où j’ai travaillé avec les institutions financières internationales sur des projets de développement à fort impact économique.


© Pim Top

Comment vous est venue l'idée de fonder TRAME ? Pouvez vous décrire ce que vous faites ?


Passionné depuis toujours par l’art et le design, je suis convaincu, tout comme mon associé, que la rencontre des savoir-faire méditerranéens ancestraux et de l’esthétique contemporaine est un formidable vecteur d’échanges culturels et un levier de développement socialement vertueux pour les pays Méditerranéens.


TRAME a donc pour vocation de célébrer la culture méditerranéenne en adaptant son artisanat aux intérieurs contemporains.


Chaque collection est littéralement le fruit d’un voyage... dont la première étape fut naturellement marocaine.


© Pim Top

TRAME a pour vocation de célébrer la culture méditerranéenne en adaptant son artisanat aux intérieurs contemporains.

Comment sélectionnez-vous les designers et artisans avec qui vous souhaitez travailler ? Comment se passe le travail entre eux?


Pour lancer TRAME, j’ai quitté Londres et me suis installé dans un petit village berbère du Moyen Atlas marocain, au plus près des artisans avec lesquels j’ai pu tisser des liens privilégiés.


Le soutien de nos investisseurs nous a permis de recruter Valentina Ciuffi, une directrice artistique formidable, très inspirée par le projet. Ensemble, nous avons sélectionné trois jeunes designers talentueuses et sensibles à «l’identité méditerranéenne» de TRAME : Julie Richoz, Maria Jeglinska et Maddalena Casadei.


Un voyage d’équipe au Maroc en avril 2019 a posé les bases d’une collaboration fructueuse, entièrement orchestrée par Valentina, mon associé et moi-même.


© Pim Top

Comment allier une esthétique contemporaine avec un savoir-faire artisanal dans les créations de la collection ?


Le succès repose il me semble sur un principe simple mais fondamentalement distinctif : plutôt que de faire faire au Maroc des produits imaginés à Paris - comme c’est le plus souvent le cas, TRAME fonde sa créativité sur les savoir-faire locaux.


Nos artisans ne sont pas des exécutants mais des collaborateurs travaillant main dans la main avec nos designers.


© Pim Top

Le succès repose il me semble sur un principe simple mais fondamentalement distinctif : plutôt que de faire faire au Maroc des produits imaginés à Paris - comme c’est le plus souvent le cas, TRAME fonde sa créativité sur les savoir-faire locaux.

Si vous deviez décrire votre première collection en 3 mots, quels seraient-ils ?


Inspirée, contemporaine et accessible.


Avez-vous une anecdote particulière liée à cette première collection ?


Quand nous avons présenté notre première collection à la presse en janvier dernier, Julie Richoz m’a dit: “Pour la première fois, je dessine des produits que mes amis et ma famille peuvent s’offrir”.


Cela m’a frappé car c’est précisément notre objectif : allier le meilleur de l’artisanat et du design dans des pièces abordables.


© Pim Top


À retrouver au premier étage du magasin.